Prix CEDEAO

M. Yéo Lonigué Emmanuel DG de LYNAYS, lauréat du prix CEDEAO pour l’entreprenariat et l’innovation face à la presse

M. Yéo Emmanuel, Directeur général de LYNAYS, Société à responsabilité limitée (SARL), lauréat du prix CEDEAO pour l’entreprenariat et l’innovation du plus jeune entrepreneur, s’est dit heureux d’œuvrer à la construction de son pays en décidant de se donner une conception, celle de s’ériger en « agent catalyseur ». Interrogé sur la politique du Ministre Alain Lobognon, dans sa recherche et l’identification de jeunes ivoiriens volontaires et ambitieux de créations, le jeune ivoirien s’est dit en phase avec le Ministre : « La vision du Ministre Alain Lobognon va révolutionner la Côte d’ivoire ! » a déclaré l’ancien élève du Lycée scientifique de Yamoussoukro, détenteur d’un MBA obtenu aux Etats Unis et concepteur du “Field Commander”, un système de maîtrise des mouvements d`Energie pouvant permettre une économie d’énergie de près de 50 % de consommation.

M. Yéo, vous êtes lauréat CEDEAO du plus jeune entrepreneur. Et vous venez d’être présenté à cette cérémonie. Vos impressions.
Ce sont des sentiments de remerciement surtout à l’endroit du Ministre Alain Lobognon de la Promotion de la Jeunesse et du Service Civique qui représentait la Côte d’Ivoire à cette occasion. Nous lui présentons nos sincères remerciements. Nous sommes encouragés à doubler d’efforts, à faire en sorte que nous soyons à la hauteur de cet évènement, que nous puissions honorer d’avantage la Côte d’Ivoire en trouvant d’autres solutions encore innovatrices pour apporter des résultats aux problèmes de la Côte d’ivoire, de la CEDEAO et du continent africain.
Le Ministre à travers son allocution a signifié qu’il vous apportera son aide à travers le FNS. Que pensez-vous de cela ?
C’est vraiment ce que nous attendions ! Cela nous va droit au cœur. C’est un encouragement pour nous de savoir que nous avons une autorité de haut niveau, le Ministre de la Promotion de la Jeunesse et du Service Civique qui est à nos côtés. Cela nous permet d’avoir un point d’appui ; et nous encourageons cela.
Le Ministre lors de ses sorties à travers des déclarations, préconise la libre entreprise par rapport au secteur Public. Quelles sont vos appréciations sur cette vision du Ministre ?
C’est ce qu’il nous faut aujour ‘hui en Côte d’Ivoire, dans la CEDEAO et dans le monde ! Nous devons développer ce que j’appelle l’esprit du semeur. Nous devons apprendre cela et ensuite, s’attendre à une récolte. Mais ne pas faire le contraire, c’est-à-dire vouloir récolter sans avoir semé. Cela va créer d’autres difficultés. J’encourage tous les jeunes à développer l’esprit du semeur qui décide qu’il doit prendre du temps pour semer et semer au quotidien ; et non semer de temps en temps.
Si vous souhaitez avoir du maïs, commencez à semer ce maïs au quotidien. Vous pouvez le semer pendant un, deux, trois ans et la cinquième année, récolter quelque chose. C’est cet esprit de semeur qu’il faut encourager. J’invite donc mes amis jeunes à développer cette capacité et cette mentalité du semeur. Je les invite également à ajouter à cela la collaboration et l’auto amélioration parce que ces deux concepts vont de pair avec l’entreprenariat. L’entreprenariat est basé sur l’esprit du semeur.

Quelqu’un qui ne développe pas l’idée d’un semeur, ne peut pas entreprendre ! Ce n’est pas du tic au tac que l’on bâtit une entreprise. Cela prend du temps ; vous pouvez mettre des années à bâtir votre navire avant de le mettre sur l’eau.
Vous parlez de collaboration, d’auto amélioration et d’entreprenariat. Quelle objectivité donnez-vous à ces concepts ?
Parlant de collaboration qui l’un des fondements de l’entreprenariat, l’on ne peut tout faire seul. Certaines personnes ont des idées, des innovations, des capacités que d’autres n’ont pas.

Par exemple, si vous exercez dans un domaine d’activités que vous ne maitrisez pas assez, l’idéal serait que vous collaboriez avec celui qui est plus expérimenté. Nous la jeunesse, avons un problème aujourd’hui : celui du manque d’expérience et de collaboration. Nous devons nous faire aider par ceux qui sont expérimentés.
Dans mon métier d’électricien, je travaille toujours avec quelqu’un qui a dix, vingt voir trente ans d’expérience. Quand bien même je ne connais pas cette personne, je l’approche pour en savoir d’avantage sur mon métier. Nous jeunes dévons développer cette collaboration et être patients.
L’auto amélioration suppose que nous devons apprendre un peu plus chaque jour car si vous êtes le même que l’année passée, vous ne vous êtes pas amélioré ! IL faut apprendre de nouvelles choses, vous poser des questions et en poser également aux autres. De sorte qu’au bout de dix ans d’auto amélioration, vous ne pouvez pas être la même personne. Vous avez nécessairement évolué.

Ce que nous jeunes devons comprendre, c’est que le monde est très compétitif aujourd’hui ! Et la vitesse de l’information est telle que mon concurrent qui est japonais, chinois ou européen, peut en moins de quelques heures, venir dans mon périmètre d’activités et me mettre à la touche, hors service. Nous compétissons donc à l’échelle mondiale. Qu’on le veuille ou pas, c’est ce que se passe ! Il faut donc être le meilleur dans le domaine dans lequel l’on exerce pour résister pendant quelques années à la concurrence.

En conclusion, l’auto amélioration, la collaboration et l’entreprenariat vont contribuer à donner aux jeunes la possibilité d’avoir une vie. D’ailleurs, je dispose d’un livre dont le titre ‘’ aie une vie ’’ élaboré en collaboration avec l’un de mes professeurs sera mis à la disposition de la jeunesse. Ce livre explique comment le jeune peut se construire une vie : Il a toutes les capacités en lui pour avoir une vie. Et les stratégies mises en place dans ce document sont basées sur l’entreprenariat, la collaboration et l’auto amélioration. Et encourageant le jeune à avoir des objectifs bien précis, des plans bien élaborés.

Voyez-vous quelqu’un qui n’a pas de plans et d’objectifs, ne peut pas se réveiller au quotidien tôt le matin ! Il n’a rien qui le pousse à ce réveil !
A l’opposé, celui qui a des objectifs, se lève tôt car dominé par ses objectifs qu’il désire atteindre ardemment.

Si un jeune veut savoir s’il est un semeur de la bonne semence, c’est de voir si les problèmes que ce jeune a, sont dus à son évolution. Si la majorité de ses problèmes est due au fait qu’il veut prendre un nouvel élan et veut toujours avancer, cela suppose qu’il est un vrai semeur.

Mais lorsque vous constatez que la majorité de vos problèmes est due à un problème de caractère autre que celui de votre évolution, alors vous ne passez pas votre temps à semer. Et donc vous bloquez votre propre réussite, votre propre avenir.
L’encouragement aux jeunes, c’est de développer cette mentalité de semeur. Ils doivent semer au quotidien !
Le Ministère de la Promotion de la Jeunesse et du Service Civique a mis en place une politique d’identification pour l’auto emploi. Que pensez-vous de cette politique d’identification ?
C’est une initiative à louer et à encourager! Mon souhait est que je puisse apporter quelques éléments modestes mais qui peuvent aider le Ministère à résoudre le problème d’emploi et d’auto emploi qui est salutaire pour la Côte d’Ivoire ! Cela résout un problème particulier de la population parce qu’un jeune qui est employé ou qui s’auto emploie constitue un frein au chômage, à la délinquance, au banditisme, à la prostitution etc.
Je souhaite que le Ministère et l’entreprise LYNAYS collaborent dans ce sens afin que le développement gagne nos villes, villages, campagnes, régions, voir l’Afrique et le Monde.
Le document intitulé ‘’ aie une vie ‘’, aide le jeune à savoir qu’il possède des capacités pour développer le monde, se prendre en charge, créer des possibilités qui lui semblaient irréalisables. Qu’il soit résolu à réaliser ce qu’il croit impossible. Moi j’étais convaincu que je pouvais faire quelque chose : être un agent permettant aux autres de s’épanouir et de se réaliser.

Je me rappelle, à l’époque quand j’avais la possibilité de travailler dans de grandes sociétés, je trouvais que cela n’était pas la raison pour laquelle j’étais sur cette terre : il était question pour moi d’optimiser toutes les capacités que je possède. Plutôt que d’être dans un laboratoire avec à la clé un bon salaire, je peux être un agent catalyseur ! Permettre à d’autres de s’épanouir et sortir leurs talents. Voilà ce qu’il faut. J’encourage beaucoup la stratégie du Ministère et surtout la vision du Ministre Alain Lobognon qui va révolutionner la Côte d’ivoire, repositionner les jeunes dans un état d’esprit où ils ressortiront les talents et capacités cachés en eux ! Un jeune qui rêve est capable de transformer tout un univers et de changer les choses ! Seuls les jeunes sont libres de rêver, d’explorer leur monde. Et c’est cela que le Ministre Lobognon est en train d’encourager. Donc faire ressortir ces talents cachés, cela va révolutionner le pays et repositionner les jeunes dans leur état réel et apporter de vraies solutions auxquelles l’on n’y imaginait.

Je remercie donc le Ministre pour sa vision en faveur de la jeunesse, ses encouragements à travers cette cérémonie. Nous sommes surpris et ne nous attendions pas à une cérémonie d’une telle importance. Nous considérons cette occasion comme étant un encouragement et une persévérance à apporter des solutions aux problèmes de notre temps ; surtout aux problèmes de la Côte d’Ivoire qui est notre pays et qui a beaucoup investit en nous : Comme l’a dit le Ministre, je sors du Lycée Scientifique de Yamoussoukro, c’est l’œuvre du Président Houphouët Boigny qui avait une vision. C’est grâce à Houphouët que nous avions appris à voir le monde d’une autre manière. Le Pays a beaucoup investit en nous ; et c’est à nous maintenant de lui renvoyer l’ascenseur en l’épaulant et continuer à soutenir d’autres jeunes également. Merci donc à l’Etat, à la chambre de Commerce et d’Industrie, à la CEDEAO et à toutes les autorités qui ont bien voulu nous encourager.

CELLCOMM/MPJSC.